(+216) 29 062 487 | (+216) 22 025 462 contact@flashmode.tn
- Advertisements -

Azzedine Alaïa : Le couturier franco-tunisien, idole des fashionistas parisiennes dans les années 80-90 et connu pour ses robes ultra-moulantes, est décédé à l’âge de 77 ans.

1980 marque l'année de la création de la maison Azzedine Alaïa. Âgé de quarante ans, le couturier continue à explorer la construction du vêtement et à travailler des matières toujours plus innovantes.
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

1980 marque l’année de la création de la maison Azzedine Alaïa. Âgé de quarante ans, le couturier continue à explorer la construction du vêtement et à travailler des matières toujours plus innovantes.

Jamais en quelque cinquante-cinq années de carrière, le couturier Azzedine Alaïane se sera plié au timing infernal imposé par le calendrier officiel de la mode. Fait rare, cet épicurien a su démontrer avec talent qu’on pouvait accéder à la lumière tout en se positionnant en marge du système. Artisan des corps plus que styliste vedette, toute sa vie, Azzedine Alaïa aura conservé ce goût du travail parfaitement exécuté et de l’indépendance face au nouveau marchandage publicitaire qui fait rage chez ses concurrents.

- Advertisements -
- Advertisements -

Hommage à cet ovni de la mode qui vient de nous quitter. Victime d’une chute il y a une dizaine de jours, Azzedine Alaïa avait été transporté à l’hôpital Lariboisière à Paris. Plongé dans le coma il est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 77 ans.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

Ses mannequins fétiches s’appellent Naomi Campbell, Linda Evangelista ou encore Stephanie Seymour et ses muses sont deux figures emblématiques des années 80 : l’actrice Grace Jones et la mannequin Farida Khelfa. Ses robes se vendent comme des petits pains et toutes les femmes du monde rêvent de porter du Alaïa, à l’instar de Tina Turner et de sa robe en perles et or.

Azzedine Alaïa reste une figure incontournable de la mode internationale et, sans jamais avoir investi une page de publicité dans un magazine, ses créations se retrouvent tout de même sur papier glacé. En 2011, la maison Dior lui proposa même de reprendre du service en prenant la succession de John Galliano. Esprit libre opposé aux diktats de la mode actuelle, il refuse.

À l’heure de la disparition du « petit » couturier, une question subsiste : que va devenir la maison Alaïa sans Azzedine, le trublion de la mode qui faisait l’âme de cette maison et le charme de la mode parisienne à contre-courant ?

- Advertisements -

Pin It on Pinterest

Faites pas les timides donnez votre avis !

Si cet article vous a intéressé, n’oubliez pas de le partager sur Facebook !